Ma contré, Djibouti

Jab-Bouti ou Yi-bouti : Entre la défaite de l’ogresse et la marmite mijotée. Ce là que Se construit, l’histoire mythique et l’épopée de la terre de brave ou clament et déclame des poètes.

Ma contré.
Dans ma contré.
Là-bas, à l’Est ou le soleil naît de son cendre.
Où l’astre du jour de son manteau d’ombre se dévoile la face.
O ! Les bienheureux qui savourent le premier rayon matinal.
Ou vit et éclore telle une fleur !
Des hommes et des femmes
Braves et au cœur de joyaux.
Dans ma contrée,
Ou sommeillent au cœur du Grand et petit Badha
Le désert calcinant,
Des sages
Sans âge
Et sans rage
Dépositaires des paroles,
Justes et sacrées.
Qui crépitent la sagesse lumineuse.
Auréolé d’un halo d’espoir.
Vivre dans la jouissance
D’une soirée volupté,
Au périple de soi,
Dans le désert brûlant de mon cœur.
Qui est un creux,
Un dépotoir de la sagesse
Là ou sommeillent mille poètes.
Ou bourdonnent et bouillonnent les mots,
Avec une sonorité pétillante.
Djibouti, ma contré !
Mahdi Hassan Doualeh.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s