Historiographie de l’âge du fer en Afrique noir( Djibouti aussi) ?

Historiographie de l’âge du fer en Afrique noir ?

                            Introduction

Dans cet exposé nous nous intéresserons, sur la protohistoire et sa manifestation en générale dans le monde et en particulier en Afrique noir les origines et les manières dont les métaux se sont introduite.

Ensuite je voudrais m’attarder  sur  la civilisation nok qui est la première à se doter  du métal.

Cependant, il est important  de souligner qu’il y’a un passage direct entre l’âge de pierre et l’âge du fer en Afrique.

En perspective  je voudrais soulever une nuance entre certain source qui postule que les métaux viennent de l’Afrique nord notamment en Egypte ou le Carthage. Contrairement a ce que allègue ce dernier, d’autre source nous informe que l’Afrique noir avait les métaux avant ce qui prétendent être  leur transmettre.

Cet autour  de cette réflexion, que ce  modeste exposé s’articule.

Pour comprendre le rouage de mon exposé posons-nous deux questions  qui vont jalonner  notre réflexion.

Comment les métaux,  notamment le fer fut introduit en Afrique noir ?

Civilisation nok, prototype du l’âge du fer en Afrique noir ?

Je n’ai nullement ici la prétention de développer ce que les protohistoriens ont produite sur ce sujet mais je voudrais juste me limiter ceux qui ont retenu mon attention.

Par souci de clarté mon exposé s’articule autour de trois parties, d’abord, un aperçu générale sur la protohistoire et son particularisme a traves les autres âges,  ensuite quand et comment l’Afrique noir  se dote les  métaux et enfin  la civilisation nok.

I)         Aperçu général  de l’âge du fer

La notion de l’âge du fer s’inscrit dans la « Protohistoire » renvoie à plusieurs notions distinctes : d’une part, il a un sens méthodologique et s’applique à des populations ne possédant pas elles-mêmes l’écriture, mais qui sont mentionnées par des textes émanant d’autres peuples contemporains ; d’autre part, il a un sens chronologique et désigne en Europe, Scandinavie et Asie centrale la période correspondant aux âges des métaux (âge du bronze et âge du fer). En outre, le sens du terme intègre aujourd’hui des paramètres économiques et sociaux et s’applique désormais aux populations ayant adopté une économie de production.

L’âge du fer est une période de la Protohistoire caractérisée par l’usage de la métallurgie du fer et faisant généralement suite à l’âge du bronze. Cependant, les limites chronologiques de l’âge du fer varient considérablement selon l’aire culturelle et géographique considérée.

L’âge du fer se divise en deux périodes distincts en Europe à savoir le Hallstatt  et le Tène qui repose sur deux sites éponymes qui se trouve en Autriche (Hallstatt) et Suisse (Tène)

II)        Historiographie de l’âge du fer en Afrique noir

Pour l’Afrique noire, l’historiographie mondiale a  retenu que l’âge de fer était apparu tardivement. L’approche historique retenue voulait que la sidérurgie ait été introduite en Afrique à partir de l’Asie occidentale, d’abord en Egypte ancienne, puis en Afrique occidentale au IIIème siècle av. J.C. soit par Carthage, soit depuis la Nubie.

    Hypothèses :

–              1) Raymond  Mauny Le professeur historien français de l’université de Sorbonne. Selon lui l’age du fer est introduite en afrique noire vers le 500 J-C . il nous dit que l’age du fer provient du peuple berbère. Selon lui ce dernier n’avait la maitrise du fer ils ont effectué une  razzia pendant une longue époque  d’où ils ont raflé une population qui connaissait la métallurgie. Cette population a été mise en contact avec de population noir et à partir de là qu’il y a eu une diffusion du savoir technique au niveau de la production et l’extraction du fer. Voilà l’hypothèse qu’avait élaborée monsieur Mauny.

–              2) professeur  Henri Lhote, explorateur, ethnographe français (1903-1991) a réalisé  lui aussi une étude approfondie depuis 1952 à propos de l’âge du fer en Afrique. Il a noté un document qui s’intitule : « la connaissance de l’age du fer en Afrique occidentale ». Et dans ce document le professeur   Lhote, dit les faits ethnographiques, linguistiques, historiques, archéologiques se conjuguent pour affirmer le caractère purement africain de l’industrie du fer dans le monde noir. Pourquoi le professeur Lhote est arrivé à une telle conclusion ?

–              1) D’abord, il nous dit s’il y avait un lien entre l’Afrique noir et l’Afrique du nord au niveau du fer on devrait trouver ce lien par la linguistique au niveau de l’étymologie même de cette production du fer d’une façon  générale. Hors, au niveau étymologique les mots technologiques sont totalement différents entre le monde l’Afrique noir et l’Afrique du Nord.

–              2) deuxièmes si il y avait une affiliation ou un lien entre le deux mondes on aurait dû trouver des hauts fourneaux aussi bien que en Afrique noir qu’on Afrique du nord  hors ce n’est pas le cas il aussi la technique en elle-même le fait d’utiliser le souffler en poterie en Afrique noir chose qu’on ne retrouve pas ailleurs.

III)       La civilisation Nok, prototype de l’âge du fer en Afrique noir

Les Origines

« Le dessèchement progressif du Sahara provoque des déplacements de population en particulier chez les sédentaires vivant de l’agriculture. Au milieu du 3è millénaire, des habitants du Ténéré (dans le Niger actuel), migrent vers le Sud et s’installent dans une large zone proche du Niger et de la rivière Bénoué, dans le Nigéria actuel. Ils maîtrisent déjà les techniques de poterie et la métallurgie du fer et vont absorber rapidement les populations encore au stade appelé Middle Stone Age, voisin du Paléolithique moyen, populations peu nombreuses qu’ils rencontrent C’est d’ailleurs en suivant les différentes étapes de cette métallurgie naissante du fer qu’on peut suivre leur progression.

Vers – 2500 au moins, près d’Egaro au Niger oriental, on a trouvé des traces, selon l’Unesco, de métallurgie du fer. Puis à Termit dès le XIXè siècle, à Mubuga au Burundi au XIIIè siècle, à Katuruka en Tanzanie et à Oliga au Cameroun au XIIè siècle, à Nok au Nigéria au Xè siècle,  à Otoumbi au Gabon au VIIè siècle, le processus s’étend en Afrique, plus tôt qu’en Egypte, qui est coupée de l’Afrique de l’Ouest par un Sahara devenant complètement sec. C’est sans doute pourquoi cette région ne connut pas d’Age du Bronze. C’est aussi plus tôt qu’à Carthage ou à Méroé. Dans ces lieux cités plus haut, des objets en fer, des fourneaux encore garnis de scories et des creusets témoignent de cette activité et dans la région de Nok en particulier, des tuyaux servant au tirage de la fonderie ont été retrouvés. On peut comparer l’âge de cette découverte africaine avec celui du même processus au Moyen Orient.

buste nok 6e siècle environ               La civilisation de Nok commence au XIIè siècle et ne connaît pas de séquence :

– Age du Cuivre,

– Age du Bronze,

– Age du Fer,

Paradoxe , l’Afrique noir ne connait pas , la succession  classique des ages , mais une passage direct de l’age de pierrre a l’age du fer

Comme dans toute l’Afrique de l’Ouest, cela est du probablement à la rareté des minerais de cuivre et à l’abondance du fer latéritique dans cette région. Il y a donc passage direct de l’âge de pierre à l’âge de fer.

Les terres cuites sont aussi une technique où ces artisans se montrent habiles, en particulier pour la cuisson de grandes pièces, environ 1,20 mètre de haut et même de taille humaine. Mais cet art s’est développé plus tard, vers le VIIè siècle, jusqu’au IVè siècle de notre ère. Le territoire de ces forgerons est très étendu , dans le Nigéria central, sur plus de 500 kilomètres de longueur.

Localisation Nok

La culture Nok s’étend sur une très large zone d’environ 500 km de long et 170 de large sur le plateau de Bauchi. Les statuettes ont été retrouvées sur plus de 20 sites différents, dans le nord Ouest du Nigéria actuel »

IV)      Perspective et nuance

Ce sur ce base là qu’arrive cette fameuse méga étude qu’a effectué UNESCO pour restitué le passé de l’Afrique. Une étude qui a été réalisé par une équipe internationale avec l’aide de laboratoires internationaux, avec des chercheurs Français. Ces chercheurs ont été sur tous les sites de manière à récupérer des échantillons et faire des datations définitives pour statuer la question de l’âge du fer en Afrique.

Choses particulières dans ces études.

Elle avait  pour but :

–              De faire un relevé de datation de l’apparition du fer en Afrique.

–              Voir sur le plan culturel qu’elle était la perception du fer dans les sociétés africaines

–              Au niveau de la technologie, quelles sont les procédés utilisés pour extraire.

–              Enfin aussi classer tout ça  dans le patrimoine de l’humanité

Ce qu’il faut savoir d’ores et déjà sur l’age du fer

1)            En Europe : sont apparition  ce en 1200 av j-c  avec un développement exponentiel aux alentours de 700 av j-c en Autriche.

2)            En Afrique du nord : il est apparu en 600 av j-c

3)            Pour l’Afrique noir voilà l’étude effectuée

Pourtant des datations faites entre 1969 et 1974 bousculaient déjà ce scénario pour les raisons suivantes :

Les vestiges de la civilisation Nok (Nigéria) indiquaient que l’Age du fer remontait aux IXème et Xème siècles avant J. C.

La civilisation de Termit (Niger oriental) cette date est celle dus VIIème et Xème siècle av. J. C.

Au Soudan, l’Age du fer de Napata remonte au VIIIème siècle avant J. C.

On préféra alors mettre en doute ces datations, d’autant plus que l’Age du fer en Tunisie remonte à peine au VIème siècle de notre ère. Néanmoins, une faille était ouverte dans la théorie occidentale de l’apparition du fer en Afrique noire.

Récemment, l’UNESCO a fait plancher un bataillon de chercheurs sur cette problématique complexe, afin de dégager une cohérence scientifique à l’histoire de l’Age du fer en Afrique Noire.

                        Conclusion

Pour clore, nous avons extrapolé  les sens et  la portée de la protohistoire qui distingue catégoriquement les autres périodes de la préhistoire.

Ensuite,  nous avons modestement   poursuivi  et potasser une réflexion sur la protohistoire  notamment  l’âge du fer de l’Afrique noir dont nous avons souligné le moment et la manière dont les métaux se sont introduits. Enfin nous  nous sommes attardés  la civilisation Nok, qui est un prototype de l’age du fer de l’Afrique noir. En perspective, certaines sources  stipulent que l’Afrique noir possédait bel et bien avant  l’Afrique du nord qui est sensé être son transmetteur

2 Comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s