Ma dulcinée

 

             Toi beauté éphémère.

Etre ou le temps n’épargne guère.

Sort de cette obscure.

Gâtée belle par la nature.

 

  Oh ! Âme sans âge.

Jouvencelle au sourire béant.

           Vouée ainsi au néant.

Mélodieuse, douce ramage.

 

Toi, que mille feux brulent.

       Qui court et s’envole.

              N’oublie point le trépas.

Pour éviter, les contraintes à tes pas.

Souvenons-nous un peu le moment d’ivresse.

L’amour, fleuve qui verse le bonheur.

Telle une avalanche nous emporte avec vitesse.

Que s’efface, les jours de malheurs !

    Mahdi Hassan Doualeh !

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s